3.1 Joseph WOLSTENHOLME

Joseph Wolstenholme (1829-1891) a été professeur de mathématiques, à Cambridge puis dans un collège près de Londres. Il fut un spécialiste brillant de géométrie analytique et a notamment publié en 1878 "Mathematicals Problems" qui contient, entre autres et pour la première fois, l'étude des propriétés des triangles tangents à une ellipse.

Il s'est lié d'amitié avec Leslie Stephen (1832-1904), professeur de mathématiques comme lui à Cambridge.
Leslie Stephen, clergyman puis agnostique, fut l'un des meilleurs alpinistes de l'âge d'or (1855-1865), président de l'Alpine Club et rédacteur en chef de l'Alpine Journal.
A son actif figurent neuf belles premières dont le Bietschhorn, 3934 m., seigneur du Valais et roi du Lötschental, une sorte de Cervin en plus trapu, un peu à l'écart des grands massifs et dont aucune voie n'est facile.

Il a gravi ce sommet au début de sa carrière alpine, le 13 août 1859, seul anglais avec deux guides et un porteur lötschards (Johan Siegen, Joseph Ebener et Anton Siegen), le curé de la vallée et son vicaire ayant abandonné en cours de route (ces cinq montagnards avaient fait une tentative l'année précédente). Entre Kippel et le sommet la dénivelée est de 2.550 m.!

Moins d'une semaine auparavant il avait fait une traversée glaciaire mémorable avec les deux frères Mathews et trois guides, depuis la Wengern Alp (Grindelwald) jusqu'en Valais, par l'Eiger-joch (3800 m.), qui a nécessité quatorze heures à la montée et un bivouac improvisé à la descente, sur le glacier d'Aletsch, à Konkordia-platz à 2800 m. Il avait ensuite pénétré dans le Lötschtental par la Lötschtenlüke et avait fait depuis Kippel un aller retour à Kandersteg pour y chercher Hinchliff, secrétaire de l'Alpine club, malheureusement non disponible.




Leslie Stephen est rapidement devenu un homme de lettres important et un philosophe respecté: il était Sir Leslie Stephen à la fin de sa vie.

Mais il est resté fidèle à son amitié avec Wolstenholme qu'il recevait chaque été dans la maison qu'il louait en Cornouailles pour sa grande famille (il avait une fille d'un premier mariage avec Marian Thackeray qui l'a laissé veuf à 43 ans et quatre enfants d'un second mariage avec Julia Duckworth, veuve qui avait déjà trois enfants).

Le quatrième enfant de Leslie Stephen, Virginia (1882-1941) a donc connu, lors de ses vacances à la mer, encore enfant, le professeur de mathématiques à la retraite.
Devenue Virginia Woolf, elle l'a mis en scène, avec les membres de la famille et d'autres invités, dans l'essai autobiographique et introspectif qu'elle a fait paraître en 1927 avec un grand succès sous le titre: "To the light house", dans le personnage d'un vieux poète original, incompris puis reconnu.

Sources: John James Milne, "Companion to the weekly problem papers", MacMillan 1888 London, réédité par Elibron Classics 2005.
    JJ O'Connor et EF Robertson, MacTutor History of Mathematics.
    Sir Leslie Stephen, "The Playground of Europe", première édition 1871, réédition Blackwell 1946, réédité par Archivum Press 2007.
    Leslie Stephen, "Le Terrain de Jeu de l'Europe", Victor Attinger, Neuchatel 1934, traduction et préface de CE Engel.